Nos idées fraîches
Avril 2021

Désormais, nous sommes branchés sur le soleil !

Vous avez remarqué comme il fait beau en Picardie ? Nous avons installé ce printemps 1200 m2 de panneaux photovoltaïques axés sur l’autoconsommation.

Mis en service depuis le 15 avril 2021 sur la ferme d’Estrées-Mons en Picardie, ces panneaux nous permettent de produire notre propre électricité. Le but ?  Etre autosuffisants à 100 % à terme pour alimenter ce qui consomme beaucoup : la réfrigération des récoltes et l’alimentation des lignes de conditionnement.

Ce jour-là il ne faisait pas si beau que ça et nous étions en autosuffisance totale entre 11:30 et 16:30.

 

Site Pilote

Notre démarche privilégie l’autoconsommation. La plupart des exploitations posent des panneaux destinés en priorité à produire pour revendre l’électricité au réseau. Notre objectif est a contrario l’utilisation sur place, visant l’autonomie à 100 %. Cette particularité fait que nous sommes désignés site pilote pour le photovoltaïque agricole par la Région.

Une entreprise de référence

Nous avons fait appel à Agriwatt, une entreprise de référence pour le photovoltaïque appliqué à l’agriculture, basée dans les Hauts-de-France, comme nous. Il n’y avait pas à aller trop loin pour ces équipes d’électriciens et de couvreurs spécialisés. Ils effectuent une télésurveillance mais aussi la maintenance des installations. Comme ça,  on est sûrs d’avoir une production d’électricité optimale au long cours.

725 kg d’émissions de CO2 évitées aujourd’hui !

 

Picvert plante plus vert !

Pour réduire notre impact environnemental, nous menons de front d’autres actions. Pour garder nos jeunes pousses tout juste récoltées bien au frais, nous utilisons une technologie novatrice, sans gaz réfrigérants polluants. Pour mémoire, ces gaz à effet de serre sont jusqu’à 15 000 fois plus nocifs que le CO2.

Pour améliorer notre empreinte carbone, nous avons effectué une plantation d’arbres… et pas n’importe lesquels, des paulownias. Ils sont répertoriés comme « super-arbres écologiques ». En effet, ils poussent vite et absorbent 10 fois plus de dioxyde de carbone que nos chênes ou nos hêtres, d’ailleurs menacés par le réchauffement climatique. Nos 6 hectares auront donc à terme l’efficacité d’une forêt de 60 hectares !

 

Vous aimez ? Partagez ! 

Partagez moi !
Un laboratoire microbiologique en interne Deux articles sinon rien pour le Jardim da Lagoa : belle récolte !